N°6 L'âme est-elle immortelle?

 L’âme est-elle immortelle ?

Que nous révèlent-elles, les saintes Ecritures ?

 Que l’homme est un être tripartite (esprit, l’âme,  corps) et que chacun de ces trois éléments a une destination précise.

-          Le corps à la poussière

-          L’esprit retourne au Créateur

-          L’âme vivra éternellement : soit dans la présence de Dieu, soit dans un feu ardent.

 L’âme ne meurt pas avec le corps ; peu importe son état, son aspect d’ici-bas.

 

C’est bien malheureux de croire, comme beaucoup le pensent, qu’après la mort  tout est fini ;

Alors que la bible (Parole Du Dieu Créateur)  enseigne tout le contraire.

Dieu après le péché adamique a déclaré que : « l’homme est poussière et retournera dans la poussière »  et depuis lors l’humanité connaît la mort ; cela doit nous pousser à prendre Dieu au sérieux, car Il n’est pas un homme pour mentir.

Que les gens veuillent croire à l’immortalité de l’âme ou pas, un jour ils seront bien obligés de constater la véracité de la bible.

 

Lisons et analysons ensemble cette vérité révélée par Jésus-Christ Lui-même.

Dans l’évangile de Luc chapitre 16 :22- 26, Le Sauveur parle d’un certain Lazare et …

 

Un jour, la vie de l’homme riche et celle du pauvre Lazare arrivèrent à leur terme.

Riche et pauvre meurent de même.

L’auteur de l’épître aux Hébreux déclara : «Il est réservé aux hommes de mourir  une seule

Fois… » (Hébreux 9 :27).

Il est compréhensible  que l’homme malade soit mort en premier, que cette horrible maladie de peau ait fini par saper toutes ses forces et finalement la malnutrition ait contribué à sa mort.

 

Mais s’il y a eu un jour de départ pour le pauvre Lazare forcément il y en aura un aussi pour l’homme riche.

Malgré son nom, ses relations, ses études, sa fortune, la gloire qu’il avait sur cette terre ;

Car un tel homme devait-être honoré, apprécié et côtoyé par les grands de l’époque ;

Sa fortune lui aurait permis de tout acheter, il aurait pu donner des et des esclaves à sa place

Mais la mort ne respecte personne et elle n’est pas non plus achetable, donc il a du se résigner à tout quitter et au moment décidé par Le Maître du « temps ».

 

La différence frappante entre la vie de ces deux hommes apparaît plus grande encore dans la mort.

-Le récit du Seigneur ne nous parle pas du respect, s’il y en eu, que les hommes accordèrent   au pauvre corps du misérable Lazare.

-Ceux qui lui manifestaient leur bonté en le portant chaque jour à la porte de l’homme riche,  n’avaient certainement pas de quoi lui donner des funérailles convenables.  

- Il n’est pas impossible de croire que peut-être les responsables de la ville ont simplement enlevé la forme déplaisante pour l’enterrer, sans doute plus par souci de réprimer la propagation de la maladie que pour lui manifester de l’amour.

- Ils ont peut-être placé le corps de Lazare dans une tombe pour indigent, afin de faire le moins de frais possible.

 

Cependant, la chose la plus importante est ce qui arrivera à Lazare après la mort.

L’âme ne meurt pas avec le corps ; pour le croyant, l’apôtre Paul déclara :

«Qu’être absent de son corps dans la mort, c’est être en présence du Seigneur» (2 Cor 5 :8).

 

Jésus dit que le jour où  le pauvre homme mourut, les anges étaient présents.

Au moment où la mort sépara son âme de son corps, ces anges visiteurs sur la terre l’escortèrent au ciel (sein d’Abraham).

Lazare n’a probablement pas eu conscience de leur présence alors qu’il souffrait et mourait aux portes du palais de l’homme riche, mais à l’instant où ses yeux se fermaient aux choses de ce monde, ils s’ouvraient aux autres choses.

Alors Lazare sut en effet que Dieu envoie ses anges pour servir ceux qui sont héritiers du salut (Hébreux 1 : 14).

 

Les anges  transportèrent Lazare là où était Abraham, quel privilège !

Quand on sait que l’homme riche lui avait refusé une place à sa table, mais maintenant Lazare est assis à la place d’honneur, festoyant avec le patriarche.

Lazare était à la droite d’Abraham de sorte que lorsqu’il se penchait pour parler à Abraham,

Sa tête était près de sa poitrine ou « dans son sein »

Le disciple Jean occupait la même place lors du dernier repas du Maître  (Jean 13 :25).

 

Immédiatement donc après sa mort, Lazare commença à jouir d’une béatitude éternelle.

Jésus dit que cela comprenait le privilège d’être à table avec Abraham (Mat 8 :11).

 

Bientôt l’homme riche mourut aussi.

Bien que Jésus ne dise rien concernant  son enterrement, Il mentionna qu’il fut enseveli ;

Nul doute que cela implique un ensevelissement convenant à son statut social.

Ses héritiers ne regardèrent probablement pas à la dépense pour préparer et parer ses restes en vue du dernier voyage.

 

Malheureusement tout ce dont l’homme riche avait joui dans la vie était maintenant envolé.

Décrivant ce qui était arrivé à l’homme riche après la mort, Jésus dit sobrement :

« Dans le séjour des morts, il leva les yeux ».

Lorsque l’homme riche était sur la terre, en pleine santé, faisant ce qu’il voulait, il a peut-être

Ri à l’idée de l’enfer.

Cependant, comme dans le cas de Lazare et de tous ceux qui meurent, au moment où cette vie finit, nous voyons la vérité que l’Ecriture déclare au sujet de l’autre monde.

Il est clair que la mort n’est pas  un état d’inconscience ; en fait, l’existence dans la vie

Après la mort est même plus réelle que celle dans ce monde. 

 

Hélas ! Aucune repentance n’est possible au ciel.

 Non seulement l’homme riche a-t-il connu la réalité de l’enfer, mais ses yeux ont vu aussi

Les beautés de la demeure de Lazare ; au loin il vit Lazare et Abraham dans une relation intime.

 

Les regrets qu’auront les incrédules d’ici-bas, ne changeront leur destinée infernale ;

Elevant la voix dans une supplication passionnée, l’homme riche demanda au patriarche d’avoir pitié de lui.

Poliment il s’adressa à lui en l’appelant « père » ; peut-être espérait-il que le fait d’être un

Descendant d’Abraham affecterait sa destinée.

Or Jésus avait enseigné plus tôt que lorsqu’il s’agit de la question du salut éternel, le fait d’être fils d’Abraham ne signifie rien (Mat 3 :9)

L’apôtre Paul dira plus tard la même chose en ce qui concerne la descendance du pieux Jacob

Il écrit : « Tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël » (Rom 9 :6.)

 

La grâce spécifique que l’homme riche demandait à Abraham était d’envoyer Lazare (l’humilié, le rejeté) tremper son doigt dans l’eau pour venir lui rafraichir la langue.

Il décrivit son agonie dans les flammes de l’enfer comme un Tourment.

 

Jean ne fut pas moins pittoresque dans sa description.

Il écrit que c’est un lac de feu où les incroyants désobéissants « Seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles » (Apoc 20 : 10-15.)

La parole de Dieu enseigne clairement que l’enfer est un endroit d’extrême misère.

 

  • Dans sa réponse à l’homme riche, Abraham le reconnaît comme son descendant en l’appelant « fils ».

Abraham demanda à l’homme riche de se souvenir de certaines  des choses qui étaient arrivées sur la terre pendant sa vie. Il rappela à l’homme riche toutes les bonnes choses qu’il avait eues, alors que Lazare endurait ses peines.

Ses remarques comprenaient une réprimande pour ne pas avoir partagé d’avantage ce qu’il possédait avec autres.

Se souvenir des occasions perdues est un autre des tourments de l’enfer.

 

  Son péché : une absence de miséricorde, il ne partagea pas ce qu’il possédait avec ceux qui étaient dans le besoin.

Une négligence totale pour les choses spirituelles.

 

Dieu vous aime tant qu’il a donné Jésus-Christ pour vous offrir la vie éternelle.

N’attendez pas de quitter la vie d’ici-bas, pour être confronté à la dure réalité.

L’homme riche n’était t il pas comme beaucoup de nos contemporains, se souciant plus  des choses matérielles que de celles spirituelles. Dieu n’est pas démodé ou inexistant comme essaye de nous le faire croire la société.

Acceptez Jésus comme Sauveur c’est la seule façon d’éviter l’enfer.

 "Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés."Actes 4:12 

 

Pasteur Holand Homère

Tatiana Homère

Juin 2009

 

Source: La Source, Edition Vida