Ananias et Saphira, un exemple à ne pas suivre!

Attention aux pièges !

"Un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, et retint une partie du prix , sa femme le sachant: puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres. Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? S’il n’eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu’il a été vendu, le prix n’était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton cœur un pareil dessein? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. Les jeunes gens, s’étant levés, l’enveloppèrent, et l’ensevelirent. Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé. Pierre lui adressa la parole: Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ? Oui, répondit-elle, c’est à ce prix-là. Alors Pierre lui dit:Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l’Esprit du Seigneur? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t’emporteront. Au même instant, elle tomba aux pieds de l’apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte; ils l’emportèrent, et l’ensevelirent auprès de son mari. Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses." Actes 5:1-11.

Ananias avait le sens des affaires. Il a su négocier pour vendre sa propriété, il en a gardé une partie pour lui et donné l’autre aux apôtres. C’était son droit comme le lui a fait remarquer Pierre. Cependant, Ananias n’a pas été droit : il a menti lorsque Pierre lui a demandé le prix de la vente. Satan lui a insufflé de mauvaises pensées, de mauvais désirs et il s’est laissé détourner des voies droites. Dans cette circonstance, ce n’est pas à des hommes qu’il a menti mais c’est surtout au Saint-Esprit, à Dieu ! Ananias fut terrassé et expira : le jugement de Dieu est tombé sur lui.

Environ trois heures plus tard sa femme entra sans savoir ce qui s’était passé et Pierre lui posa la même question... Elle lui répondit la même somme, le même mensonge que son mari. Tous les deux ont tenté l’Esprit du Seigneur. Alors elle aussi a subi le même jugement : au même moment, elle expira. Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses.

Dans ce récit, nous voyons la tricherie, le mensonge. Un couple s’est fait piéger par le malin qui, par ses paroles doucereuses, leur a inspiré de mauvais sentiments. Ils ont voulu paraître aux yeux de l'assemblé et des apôtres, comme des chrétiens consacrés mais l’appât du gain a été le plus fort. Ils voulaient conserver leurs richesses en gardant une part pour eux, tout en faisant croire qu'ils donnaient tout.

Nous ne pouvons rien cacher à Dieu. Il connaît tout de nous : nos pensées les plus secrètes, même le nombre de nos cheveux : Luc 12:7.

Lorsque nous avons un choix à faire, nous devons toujours le remettre aux pieds du Seigneur. Nous vivons à une époque ou nous sommes sollicités et devons être sages afin de ne pas nous laisser entraîner par tout ce qui nous est proposé. Il y a des choses légitimes et d'autres inutiles. L'achat d'une maison peut s'avérer nécessaire et justifié. On l'a choisie pas trop loin de son lieu de travail et ce qui est très important à mon sens : pas trop loin d’une Église afin de pouvoir participer le plus possible aux réunions.

Beaucoup de publicité quotidienne dans les boites à lettres peuvent nous tenter. Les offres de crédits peuvent permettre d'acquérir notre maison ou un appartement, les appareils ménagers qui nous semblent indispensables et aussi la décoration afin que tout soit beau et agréable. Il n’est pas interdit de vivre dans un intérieur chaud, coquet et accueillant mais ...

  

L’achat d’une belle voiture avec crédit est aussi tentant, puisque on nous le propose! Il y a aussi tout ce qui est vestimentaire. Lorsque nous passons devant les vitrines des magasins, tellement de belles choses nous attirent. Alors, nous nous laissons tenter, en période de soldes (par exemple) par des prix alléchants qui nous font craquer. Nous n’en avons pas réellement besoin et nous pensons faire des affaires ce qui n’est pas toujours vrai.

Dans un quotidien, cette semaine, j’ai lu avec beaucoup d’attention les sondages sur le surendettement qui atteint des niveaux records : quelque 165500 dossiers ont été déposés l’année dernière auprès des commissions de conciliation, soit 13,8% de plus qu’en 2002. Sur une décennie, la hausse est encore plus spectaculaire : +140% entre 1993 et 2003, selon les derniers chiffres de la Banque de France.

Il y a quelques années avant de faire ma rencontre avec le Seigneur, je tenais un magasin de (disques) avec mon mari, c’était une branche qui à l’époque marchait bien. De l’argent plein les poches, je pouvais acheter tout ce que je désirais ! Erreur ! Mauvais raisonnement, mauvaise gestion et, évidemment, dépôt de bilan : tout ce que nous avions acquis est parti en fumée. Il a fallut repartir de zéro et ce qui n’a pas été facile tous les jours...

C’est dans cette période de difficultés que le Seigneur Jésus a eu compassion de nous. Il a vu notre détresse, notre désarroi. Il ne nous a jamais abandonnés, malgré nos nombreuses erreurs.

Ne laissons pas notre cœur se remplir de convoitises ou de mauvais desseins. Soyons droites dans tout ce que nous faisons, ayons la crainte de Dieu dans notre cœur, soumettons-Lui tous nos projets et Lui-même prendra soin de nous. Ne soyons pas comme Ananias et Saphira, voulant faire des affaires, avoir des biens sur cette terre, s’enrichir et, surtout, user de tromperie. Notre espérance est auprès du Seigneur dans le ciel : ce sera là le meilleur!

Hébreux:6/19 "Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide; elle pénètre au delà du voile là où Jésus est entré pour nous comme précurseur."