Tendre l'autre joue...

Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre encore ta tunique Luc 6:29.             

Luc 6 :29 est un verset incroyable de la Bible ; quand nous le lisons, nous pouvons nous dire que l’auteur de ces mots devrait être un peu fou pour donner une telle recommandation aux chrétiens ; celle de tendre l’autre joue quand quelqu’un nous frappe à la joue et aussi de donner sa tunique quand on nous prend notre manteau. C’est trop demander à l’homme, pourtant c’est notre Seigneur Jésus Christ qui nous le recommande.

Celui qui dit n’avoir pas d’ennemi n’est pas de ce monde, car nous en avons tous, même si nous ne les connaissons pas. Des personnes qui souhaitent notre malheur, qui se réjouissent de notre souffrance, qui cherchent à salir notre réputation, et qui nous combattent. Devons-nous riposter ? Les combattre ? Leurs montrer que nous ne sommes pas faibles en nous défendant ou en attaquant aussi ?               
La réaction normale de l’homme serait de ne pas se laisser faire, de ne pas se mettre en position de faiblesse et de se défendre…pourtant la parole de Dieu nous demande de tendre l’autre joue à celui qui nous fait mal.

Tendre l’autre joue n'est pas réagir au mal qu’on nous fait, ce ne pas se venger même si nous en avons l’occasion, c'est pardonner, aimer et supporter notre ennemi malgré tout.             

Tendre l’autre joue, c’est garder son cœur pur envers celui qui nous veut du mal ; lui faire du bien quand nous le pouvons ; nous garder de le calomnier même s’il nous a fait très mal ; rechercher si possible la paix avec lui tant que cela dépend de nous. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes Romains 12:18.             

Tendre l’autre joue, c’est compter sur la justice de Dieu pour nous justifier sans rien faire de nous-même, car notre Dieu est un Dieu de JUSTICE. Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête Romains 12:20.

Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes…. Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. Matthieu 5:44

La parole de Dieu est claire sur la manière dont nous devons traiter nos ennemis… L’appliquons-nous ? Nous sommes plus concentrés à ne pas forniquer, à ne pas convoiter, à ne pas tuer etc…pendant qu’il nous faut être fidèles en peu de choses avant tout, des choses telles que comment traiter nos ennemis. Si nous agissons par notre nature qui est charnelle, selon notre caractère qui est à la base charnelle quand il n’est pas correctement façonné par le Saint Esprit, alors nous ne pouvons prétendre rechercher la volonté bonne, agréable et parfaite de Dieu.

Ne nous vengeons pas nous-mêmes, ne tournons pas le dos à notre ennemi quand il a besoin de nous. Apprenons à laisser tout le mal qu’on nous fait entre les mains de Dieu. Que le monde nous trouve « bêtes » parce que nous agissons ainsi, cela importe peu, ce qui importe le plus, c’est que nous cherchons en tant qu’enfants de Dieu la perfection devant la face de notre Père. Jésus Christ notre Seigneur n’a pas dit un seul mot quand on Le rouait de coups de fouet, quand on Lui crachait dessus, quand on L’insultait, quand on Lui tirait la barbe etc…la seule phrase qu’Il a dit avant de mourir : « Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font… Luc 23:34 »…pouvons-nous aussi prononcer cette même phrase quand notre ou nos ennemis nous font mal ?

 

Source site Nycodem

Frère Donald Soro