Le pharisien qui est en nous

 

Les pharisiens sont apparus à une époque où on voulait remettre en question la loi de Dieu. L’influence grandissante de l’hellénisme, i.e. de la civilisation grecque, mettait en péril le judaïsme. De plus en plus de Juifs se laissaient séduire par les coutumes grecques. Certains Juifs fidèles se sont organisés pour former des partis de résistance afin de contrer cette menace pour la foi juive. Les pharisiens étaient de ceux qui défendaient le plus farouchement l’observation de la loi. D’ailleurs, le mot ‘pharisien’ tire son origine d’un mot hébreu qui signifie ‘séparé’. Les pharisiens se caractérisaient par leur séparation du monde, de la masse humaine. De quelle façon les pharisiens se sont-ils séparés? Par un dévouement entier à la loi de Dieu. Les pharisiens cherchaient résolument à appliquer la loi à tous les détails de la vie quotidienne. Il n’y avait aucun doute que l’obéissance à la loi représentait la plus importante priorité de leur vie.

 

Les pharisiens formaient un groupe religieux que le peuple respectait au plus haut point et qu’on appréciait à cause de leur droiture. Si on voulait chercher des exemples vivants de droiture, c’était sur les pharisiens qu’on portait les regards. L’historien juif Josèphe écrivait au sujet des pharisiens qu’ils tentaient par tous les moyens de plaire à Dieu. Tout pharisien avait en tête comme priorité l’enseignement de la loi et son application à tous les aspects de la vie des gens afin qu’ils mènent une vie juste en dépit des fortes pressions culturelles et politiques de leur époque.

 

Cette ardeur religieuse les conduisait souvent à faire plus que ce que la loi demandait. Dans la parabole du pharisien et le publicain, en Luc 18.12, le pharisien disait, Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Les pharisiens consacraient 2 jours par semaine au jeûne, habituellement le lundi et le jeudi. La loi n’en demandait pas autant. Saviez-vous que la pratique du jeûne n’est pas prescrite dans la loi sauf pour une seule occasion dans l’année, au jour des expiations. En dehors de cette journée très solennelle, il n’y avait rien dans la loi qui commande l’abstention de nourriture. Je donne la dîme de tout ce que je possède. Encore une fois, c’est aller au-delà de ce que la loi demande. Dans l’AT, il y avait certaines exemptions à la dîme. La loi ne demandait pas le paiement de la dîme sur toute chose. Or, certains pharisiens allaient aussi loin que de donner la dîme de tout ce qu’ils possédaient. Remarquez que cela représente plus que de payer 10% de ses revenus.

 

Si Jésus s’est conduit très durement envers les pharisiens, ce n’est pas parce qu’ils étaient si loin de la vérité. Au contraire, ils étaient très proches de la vérité mais pas tout à fait là encore. Voyez-vous, c’est souvent à ceux qui sont proches de nous que l’on prend la peine de parler ouvertement. Et parfois, cela signifie qu’il faut parler avec une choquante franchise.

 

L’erreur des pharisiens

Qu’est-ce qui fait donc défaut dans la justice des pharisiens pour inciter Jésus à dire, …si votre justice n’est pas supérieure à celle … des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux? Afin de donner une réponse simple et directe à cette question, je vais tout simplement vous citer un verset. Il s’agit de Matthieu 23.23. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qu’il y a de plus important dans la loi : le droit, la miséricorde et la fidélité; c’est là ce qu’il fallait pratiquer sans laisser de côté le reste.

 

Jésus n’a pas accusé les pharisiens de manquer de piété. Il leur a dit que leur justice était hypocrite. Dans ce 23ième chapitre de Matthieu, Jésus répétait constamment qu’ils étaient des hypocrites. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Et dans le contexte de ce passage, être hypocrite veut dire accorder la priorité aux actes extérieurs de la loi au détriment des dispositions intérieures du cœur. Justice, miséricorde, fidélité, amour.

 

Il y a une importante leçon à retenir de tout cela. Il est possible d’être tellement préoccupé à appliquer la loi dans les moindres détails, qu’on en arrive à oublier l’esprit de la loi. On perd de vue les principes moraux et spirituels de la loi. L’essence de la loi, on s’en souviendra, trouve sa définition dans l’acte d’aimer. Et vous savez, cette leçon ne regarde pas que les pharisiens. Elle nous concerne aussi en tant que chrétiens.

 

Le pharisien en nous

Laissez-moi vous dire ceci. Il y a beaucoup de pharisiens dans nos églises aujourd’hui. Il y a beaucoup d’hypocrites qui fréquentent nos églises. Vous pensez que je suis trop dur? J’aimerais vous poser les questions suivantes.

 

1.      Pourquoi y a-t-il des gens qui connaissent toutes les bonnes réponses sur le plan théologique mais qui ne semblent pas marcher dans la droiture?

 

2.      Pourquoi avons-nous tant de difficulté à nous débarrasser d’une tradition d’église quand elle semble être devenue un fardeau pour l’application d’un enseignement biblique?

 

3.      Pourquoi y a-t-il de ces gens qui, malgré leur zèle à rechercher la justice, ne peuvent accepter que leur propre justice?

 

4.      Pourquoi y a-t-il des gens qui, prêchant la liberté que nous avons en Christ, ne cessent d’ajouter des règles de conduite à la vie chrétienne?

 

5.      Pourquoi y a-t-il parfois une telle contradiction entre l’image publique du chrétien et sa vie privée?

 

Vous savez quoi? Vous et moi, jusqu’à une certaine mesure, nous sommes tous des pharisiens. Nous avons tous une tendance au pharisaïsme. Quiconque ne reconnaît pas cela vit sa foi dans l’illusion. Voyez-vous, l’exemple des pharisiens constitue l’un des meilleurs miroirs qui se trouvent dans la Bible pour refléter la véritable condition spirituelle de notre cœur. C’est pourquoi un juste point de vue des pharisiens peut contribuer à notre croissance spirituelle. Cela nous amène constamment à reconnaître notre faillite spirituelle et notre dépendance en Dieu pour améliorer notre sort.

 

Car en effet, qui peut vraiment surpasser la justice des pharisiens? Qui peut déclarer que sa justice est supérieure à celle des pharisiens? C’est tout simplement impossible. Impossible.

 

Mais vous connaissez la bonne nouvelle? Est-ce que vous savez ce que Dieu nous annonce dans sa Parole? Fermez vos yeux et écoutez son message pour nous.

 

Dieu nous dit, ‘Je ne t’ai jamais demandé de vivre la vie chrétienne en te fiant sur tes propres forces. Même avec toute la volonté du monde, aucun effort humain ne peut suffire à réformer le cœur de l’homme. Tu peux l’essayer en dépensant toutes tes énergies. Tu essuieras un échec. Tu dois laisser Jésus remplir ton cœur avec le Saint Esprit. Car la vie chrétienne doit être vécue avec la puissance de mon Esprit. Cède le contrôle de ta vie aux mains du Saint Esprit. Cherche à me connaître davantage chaque jour au travers de la souffrance, de mort et de la résurrection de mon Fils bien-aimé. À mesure que tu seras rempli de l’Esprit et que tu t’approcheras de moi, tu sentiras la présence de ma puissance. Elle te transformera d’une manière qui aurait été impossible avec tes propres forces. Puis ta vie brillera d’une justice qui dépassera celle de tous les pharisiens. Et alors, tu seras déclaré grand dans mon royaume.’

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0