(No 1)            

 Les responsables d’Églises et leurs devoirs. 

(toute une série d’études)

 

 

L’Église de Jésus-Christ a principalement pour mission de prêcher l’Évangile (puissance de Dieu) pour le salut de quiconque croit, mais que l’Eglise ne s’imagine, ne serait-ce qu’une seconde, que sa mission s’arrête à la conversion des païens.

Bon nombre d’églises pensent qu’il suffit, après la conversion des païens à Christ, de leur demander de venir prier, adorer Dieu et surtout donner leurs offrandes ; sans se soucier de la connaissance exacte du chrétien en ce qui concerne « la vie de l’Eglise, le rôle, et les devoirs des responsables ».

 

Tous ceux qui sont appelés (particulièrement les pasteurs) à conduire les enfants de Dieu, ont pour devoir de les enseigner, de les corriger, de les exhorter, de les instruire selon la justice (2 Tim 3 :16).  

A l’instar de notre frère l’apôtre Paul, nos responsables d’églises ont pour devoir de nous « annoncer tout le conseil de Dieu, SANS RIEN EN CACHER » (Actes des Apôtres 20 :27)

Que ceux qui ont la responsabilité de cette noble et lourde charge, conduire le troupeau de Dieu, prennent garde, exhorte l’apôtre, de ne rien lui cacher.

 

Qu’entend t-il par là ?

Que les responsables doivent TOUT ENSEIGNER à l’assemblée :

La saine doctrine, l’histoire de l’Eglise, le respect mutuel, le savoir vivre, devoirs et droits des responsables,

Devoirs et droits des chrétiens, les vrais pasteurs, les vrais chrétiens, comment doit être une église locale,

Comment vivre dans l’amour, comment doivent être : les vieux, les jeunes ; femmes, hommes ; etc…

 

Puisque, dit-on, « la charité bien ordonnée commence par soi-même »

Notre première étape consiste à étudier ensemble: comment doivent être les dirigeants d’églises ?

* Pour ce faire nous utiliserons les écrits de Don Loose pasteur, missionnaire et enseignant.

 

Les fondements bibliques pour être dirigeants dans l’église.

 

Jésus-Christ nous donne les fondements sains pour être de bons conducteurs d’églises.

Celui qui n’apprend pas les leçons données par Le Maître dans les Évangiles n’est pas apte à diriger,

Ni à comprendre le fonctionnement de l’Église.

Quand les attitudes du cœur sont justes, alors Le Saint-Esprit peut nous guider au travers de l’enseignement

Des actes des Apôtres et des épîtres.

Nous devenons propres à œuvrer au sein du corps de Christ (l’église locale).

 

    Voici les principes fondamentaux que nous trouvons dans les Évangile:

C’est Jésus qui détermine notre conduite.

 

1) Jésus, la « tête », bâtit son église (Mat 16 :13-19)

    Nous devons veiller jalousement à ce qu’Il demeure « la tête » (Col 1 et  2)

    Trop souvent, de nos jours, l’organisation de l’église est le produit de pensées d’hommes, calquée

    Sur le monde et dirigée selon les critères humains.

    En apparence, à cause d’une certaine réussite numérique toute extérieure (l’église bondée),

    Nous pourrions croire au succès de la méthode, mais cela nous conduira finalement à la défaite

    Spirituelle.

    Nous devons regarder constamment à la Tête pour chaque décision.

     

     2) Jésus choisit les conducteurs

(Jn 6 :70 ; Mc 3 :13-19 ; Mc 6 :7-13),

         Ceux-ci ne doivent pas être choisis par le vote d’une congrégation ou selon les désirs des hommes.

         Jésus a choisi Lui-même ses douze disciples et Il choisit les responsables aujourd’hui encore.

Comment Jésus choisit-Il ses serviteurs aujourd’hui ?

       Bien que l’appel soit spécifique pour chacun, ceux à qui il est adressé le ressentent profondément

        En leur esprit et aspirent à faire cette œuvre excellente (1 Tim 3 :1).

 

Un plan en trois phases se dégage des Evangiles :

1)            L’appel du Seigneur (Mat 4 :18-22).

2)            Une période de formation de trois ans minimum avant, pendant ou après l’appel du Seigneur. Durant cette formation le futur responsable grandira en connaissance et recevra l’onction.

3)            L’approbation et la confirmation des autres

        (Act 1 et 2)

 

Nous trouvons aussi des exemples comme :

David :   

    a) l’appel  (1Sam 16 :1 à 16)

    b) l’attente d’au-moins dix ans

    c) l’approbation des conducteurs d’Israël 

        (2 Sam 2 :4  et   5 :3)

    

Paul   

    a) L’appel   (Act  9)

    b) L’attente de trois ans d’abord, puis de quatorze ans   (Gal 1 :18  et  2 :1)

    c) L’approbation  (Act 9 :26-28  et  13 :1-3)

 

Dans Matthieu 23, Jésus décrit les faux conducteurs.

 

Il est dit d’eux : « Ils se sont assis dans la chaire de Moïse… ». Il y en a beaucoup, aujourd’hui, qui

« Se sont assis »  à la place de Jésus !  (Beaucoup se prennent pour Jésus pour ne pas en dire plus…)

Ils ne sont jamais passés par la période de formation et n’ont pas attendu l’approbation de serviteurs reconnus de Dieu ;

Ils se sont établis eux-mêmes pasteurs, enseignants ou prophètes.

Il est dit de Jésus qu’Il ne s’est pas attribué sa propre position  (Héb 5 :1 à 10)

A combien plus forte raison ne devons-nous pas attendre la confirmation de quelqu’un de plus grand pour reconnaître notre ministère et nos dons !

 

Les vrais et futurs vrais conducteurs doivent être « avec Lui » (Mc 3 :14)

Les douze sont restés avec Jésus, de même ceux qui sont appelés à servir Le Seigneur comme conducteurs

Spirituels doivent passer par un temps de perfectionnement avec Lui.

L’étude de la Parole, la prière, la communion avec Jésus en sont les moyens.

Le futur conducteur apprend les disciplines spirituelles : écouter, chercher, jeûner  et attendre.

Il grandit dans la vraie connaissance de la Parole  et dans l’onction du Saint-Esprit.

Etre « avec Jésus » ne veut cependant pas dire que nous devions fermer nos oreilles aux enseignements

Spirituels des autres.

Au Contraire, nous pouvons nous tenir en la présence d’hommes de Dieu et entendre la voix de Dieu

A travers eux. (Luc 10 :16  et Jn 13 :20)

 

Si ce n’est pas orgueilleux de la part d’un serviteur de Dieu, c’est une erreur monumentale de sa part de se croire trop grand prédicateur, trop érudit, trop fort, trop important, trop célèbre pour écouter les autres serviteurs de Dieu.

Soyons humbles en nous laissant façonner par l’Esprit Saint qui est le gage de notre salut

 

Que la paix et la grâce de notre Sauveur et Seigneur Jésus nous remplissent tous, Amen !

 

Pasteur Holand Homere

 

(introduction, argumentation, et conclusion).

 

 

 

(La prochaine étude :

le pasteur dans l’ancien et le nouveau testament)