Le divorce et le remariage sont des sujets très controversés dans les églises de nos jours.      

Le standard semble avoir changé pour le pire ;  ce qui était jadis condamnable et condamné est de nos jours acceptable et accepté, et voire dans certain cas conseillé par les dirigeants d’églises locales.

 

Mais que dit la Bible à ce sujet ?                                                                                                

La Parole de Dieu est catégorique à ce sujet. Malheureusement un manque de connaissance ou tout simplement un refus total d’accepter ce qui est écrit entraîne les gens dans leur propre convoitise et perdition.

Et comme l’apôtre Paul le fait dans toutes ses épîtres, quand il y parle de ces choses; parmi lesquelles il en est de difficiles à entendre, que les personnes ignorantes et mal assurées tordent, comme les autres écritures, à leur propre perdition. (2 Pier 3:16)

 

Nous savons tous que lorsque nous établissons une doctrine selon les écritures, nous devons étudier tous les passages et les mettre ensemble sans négliger le contexte. Nous ne pouvons établir une doctrine à partir d’un seul verset. Le divorce et le remariage sont des sujets très importants avec des conséquences très graves.                                                                           

C’est une question de vie ou de mort car les adultères n’hériteront pas le royaume de Dieu :

« Ne vous abusez point; ni les impurs, ni les idolâtres, NI LES ADULTÈRES, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les larrons, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs N’HÉRITERONT LE ROYAUME DE DIEU ». (1 Cor 6:10)

 

Alors la question est très importante et il faut y répondre.                                                                        Si vous faites le tour des églises vous constaterez que le divorce et le remariage sont devenus monnaie courante aujourd’hui. En fait les églises qui enseignent de telles pratiques n’ont pas de difficulté à trouver des membres et à remplir leurs bancs. Mais nous savons qu’une doctrine biblique ne doit pas être basée sur sa popularité et sur son acceptation auprès des membres de l'église, mais plutôt selon la Parole de Dieu qui est l’autorité finale.

 

Une doctrine biblique ne doit pas non plus être acceptée selon les sentiments, Car l’homme se laisse tromper facilement par ses sentiments. En fait la Bible déclare que le cœur de l’homme est méchant et que nous ne pouvons lui faire confiance. Mais encore plus important nous découvrons selon la Parole de Dieu que le cœur nous amène à des pensées et des actions  «adultères».                                                                 

Trop souvent nous entendons des déclarations telles que                                                         

« j’ai prié là dessus et le Seigneur me l’a montré ». Cependant Dieu nous a laissé sa Parole afin de marcher dans ses voies (2 Tim 3:16), Les nouvelles révélations ne sont nullement de Dieu (Gal  1:8.) Si votre révélation contredit la Parole, il est évident qu’elle n’est pas de Dieu. La Parole nous déclare que le cœur nous amène à des convictions et des actions adultères.

 

Car du dedans, c’est-à-dire, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les meurtres. (Marc 7:21;     Matt 15:19) Alors il n’est pas surprenant pour ceux qui vivent dans l’adultère de dire de telles paroles  « le Seigneur me l’a montré dans ma prière ». Ils se justifient par un cœur trompeur, car la Parole ne dit point cela. Ils se sont laissés guider par leurs sentiments et courent à leur propre perte (2 Pier 3:16) Le mariage a été ordonné par Dieu à la création et est confirmé dans le Nouveau Testament par Jésus-Christ. Le mariage est une union entre un homme et une femme, qui ne s’annule qu’à la mort (Rom 7:2,3; 1 Cor 7:39).Le mariage est une union qui est reconnue et validée par Dieu, le contrat doit s’appliquer par l’état ou l’Église, et peu importe si les personnes sont croyantes ou pas. (Gen 2:21-24; Matt 19:3-6; Marc 10:6-9;     Luc 16:18;     Héb 13 :4)

 

 

Le mariage est la première institution que Dieu a mise en place  (Gen 2:24)  et selon Sa nature, Dieu désire une descendance sainte (Mal 2:15.) Le divorce et le remariage adultère vont en l’encontre des préceptes parfaits de Dieu. Le remariage adultère détruit ce que Dieu appelle saint. Lorsque nous regardons la question du divorce et du remariage, Nous ne pouvons pas seulement prendre un verset et déclarer que ce verset SEMBLE LAISSER SOUS-ENTENDRE que nous pouvons nous remarier, pendant que le conjoint est toujours en vie. Nous devons regarder au message complet du Nouveau Testament et appliquer ce que Dieu attend de nous. « Nous ne devons point nous conformer au siècle présent mais plutôt nous laisser transformer par le renouvellement de notre esprit » (Rom 12:2.)

 

Le siècle présent a ses propres intérêts et recherche :                                                                                                                             Le plaisir, le bonheur personnel, le coté facile, le sexe, la satisfaction. Le siècle présent est égoïste, méchant, négligent, concentré sur lui-même, n’endure pas les afflictions, déclare que nous avons des droits et ne pardonne pas.

 

Tandis que la Parole de Dieu nous enseigne :                                                                                               que nous sommes morts à nous-mêmes Col 3:3,  que notre vie ne nous appartient plus  Gal 2 :20           Nous sommes morts au péché Rom 6:2 - 6.  Et nous devons faire mourir les œuvres du corps Rom 8:13 et ce qui tient à la terre Col 3:5.   Nous ne devons point nous complaire en nous-mêmes   Rom 15:1,2,          Mais plutôt plaire à Dieu  1Thess 2:4   ;  4:1.   Le but de tout croyant est d’amener la personne à la repentance et non à l’auto destruction          Jacq 5:20.                                                                                                                                                            Nous ne devons point chercher notre propre intérêt,                                                                                  mais celui de plusieurs, afin qu’ils soient sauvés   1 Cor 10:33.  La Parole nous enseigne d’être bons, miséricordieux, d’avoir un cœur prêt à pardonner Éph 4:32.  D’être compatissants  Ps 112:5.                 D’être renouvelés à l’image de Celui qui nous a créés Col 3:9 - 10.     D’être saints  1Pie 1:15 -16.

A la lumière de la Parole de Dieu, il est évident que

Le divorce et le remariage soient entièrement contraires à ses enseignements.                                                                                                   Le divorce et le remariage des enfants de Dieu encouragent, admettent : l’adultère, la division, la médisance, l’amertume, la justice humaine.                                                                                                   Le divorce et le remariage ne donnent pas de place au pardon, ils encouragent l’immoralité, nous détruisent, nous placent devant les tribunaux et corrompent la sainteté.

 

Le divorce, peu importe la raison invoquée, révèle notre Vraie et Profonde nature :

a) Il prouve, en tant qu’enfants de Dieu, que nous passons nos intérêts avant même ceux de Dieu 

De ce fait, nous ne sanctifions pas le nom de Dieu devant le monde ;

Notre Dieu a dit : «Je hais le divorce » (Mal 2 :16)  mais malgré la haine Du Père nous, le faisons.

b) Quiconque  demande le divorce, prouve à tous qu’il n’a pas de parole d’honneur puisqu’il avait

Promis pour ne pas dire juré, d’aimer la personne épousée dans les bons comme dans les mauvais temps.

c) Et finalement le divorce prouve, que nous ne sommes pas capables de pardonner les offenses des autres ;

Puisque nous ne parvenons pas à pardonner celle ou celui qui est notre moitié à vie.

Quelques questions s’imposent alors :

-Comment peut-on demander à Dieu de nous pardonner nos péchés, comme nous… ?  (Matt 6 :12)

-Comment peut-on espérer, être entendu quand on prie alors que nous vivons en permanence dans le                                    

 péché, sous le regard de Dieu. ?  

-Dieu écoute t-Il ceux qui vivent dans le péché ?

-Est-ce intelligent de jouer, pour ce qui va disparaître, avec son salut ?

 

Le divorce c’est la porte facile, tandis que le pardon, la compassion, regardent à l’intérêt de notre conjoint et c’est plus difficile. Nous devons comprendre que l’adultère est un péché très sérieux et que Dieu ne prend nullement plaisir à une telle action (Jér 7:9 -10,    Héb 13:4.)                                  

L’adultère c’est d’avoir une relation sexuelle entre un homme marié et une femme qui n’est pas son épouse, ou une femme mariée avec un homme qui n’est pas son mari.                                                     Commettre l’adultère est le signe d’une personne dépourvue de sens (Prov 6:32),  c’est l’œuvre de la chair (Gal 5:19) et le royaume de Dieu ne leur est pas permis (1 Cor 6:10; Héb 13:4; Jacq 4:4.)    Quiconque se sépare et en épouse un autre commet l’adultère                                                              (Matt 19:9;      Marc 10:11-12;     Luc 16:18;      Rom 7:3.)

 

Selon les Saintes Écritures, il n’y a rien qui dissout le mariage, sauf la mort (Rom 7:2,3; 1 Cor 7:39.)

 

L’adultère ne dissout pas le mariage,

Malgré qu’il puisse affecter la qualité de la relation du couple et peut laisser des cicatrices permanentes. Un document légal appelé divorce, aux yeux de Dieu n’est pas acceptable, malgré que l’état le reconnaisse légal.

Ainsi le remariage après un divorce, aux yeux de Dieu constitue de l’adultère                                 qu’il soit croyant ou pas (car Jésus a dit «quiconque ») (Marc 10:11-12;   Luc 16:18;    Rom7:2-3.)

La Parole nous enseigne très clairement de ne pas séparer ce que Dieu a joint (Matt 19:6)

 

Dans l’Ancien Testament le divorce n’était qu’une concession et n’a jamais été un commandement ou commandé par Dieu. Le divorce est décrit dans la Bible comme étant un acte qui rentre en contradiction avec le plan originel de Dieu  (Gen 2:21-24;   Matt 19:3-6.)

 

Le divorce entre en conflit aussi avec les ordonnances suivantes.                                                           « Quand quelqu’un d’entre vous a un différend avec un autre, ose-t-il l’appeler en jugement devant les infidèles, plutôt que devant les Saints ? Ne savez-vous pas que les Saints jugeront le monde ? Et si vous jugez le monde, êtes-vous indignes de juger des moindres choses ? Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? Et à plus forte raison les choses de cette vie !

Si donc vous avez des procès pour les affaires de cette vie, vous prenez pour juges des gens qui sont méprisés de l’Église !

 

Je le dis à votre honte. N’y a-t-il donc point de sages parmi vous, pas même un seul, qui puisse juger entre ses frères ?

Mais un frère a un procès avec un autre, et cela devant les infidèles !

C’est déjà un défaut parmi vous, d’avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt qu’on vous fasse tort ? Pourquoi ne supportez-vous pas plutôt du dommage ?

Mais c’est vous-mêmes qui faites du tort, et vous causez du dommage, et même à vos frères1Cor 6:1-8

 

Le divorce complique toujours les choses et a de grandes répercussions qui en affectent plusieurs. Pour plusieurs leur premier mariage s’est produit avant leur conversion. Puisque les écritures enseignent que le mariage est validé par Dieu, le premier mariage est donc toujours valide aussi longtemps que le conjoint ou la conjointe est en vie (Matt 5:32; 19:9;  Marc 10:11-12;  Luc 16:18;  Rom 7:3;  Héb 13:4.)

 

Si une personne divorcée se remarie, c’est de l’adultère. Si une personne non mariée se marie avec un ou une personne divorcée, ceci constitue de l’adultère (Matt 5:32; 19:9; Marc 10:10,11; Luc 16:18.) Certains couples déclarent que leur mariage adultère est de beaucoup meilleur et plus compatible que leur premier mariage. Mais ceci ne fait que démontrer la faiblesse de notre société. Le mariage est maintenant une expérience égoïste au lieu d’être une relation fidèle pour la vie (Gen 2:21-24;   1 Thess4:2-8.)

 

Malgré les ordonnances du Seigneur de ne point se séparer, nous vivons dans une société très troublée et divisée, qui fait qu’un grand nombre de gens ne vivent plus avec leur conjoint. Les ordonnances sont claires sur ce point que les personnes séparées doivent demeurer seules ou se réconcilier avec leur conjoint (1 Cor 7:10 -11) et notre soumission à la Parole démontre notre appartenance (Jn 14:21-23;  1 Jn 2: 3-4.)

 

 

 

Pour ceux qui vivent présentement dans un mariage adultère, ils doivent, s’ils désirent plaire à Dieu et non à leur chair, ne plus habiter ensemble et rompre leur union par une simple séparation.                          

                                                                                                                                                                    C’est à dire se repentir et cesser de vivre dans l’adultère. Une simple séparation cessera l’acte adultère, tandis qu’un divorce rentrerait en conflit avec l’enseignement de la Parole (1 Cor 6:1-8.)                       Nous sommes conscients que ceci entraînera beaucoup d’épreuves et de discussions autant sur le coté émotionnel que matériel. Mais les conséquences du péché ne sont jamais choses faciles. Malheureusement pour certains il y a des enfants qui seront affectés dans cette action. Nous ne devons pas oublier que le péché peut affecter de nombreuses personnes, incluant des innocents (Prov 6:32 -33;  13:15;  Gal 6:7,8;

Gen 12:17-19;   37:31-35;   2 Sam 12:7-23.)

 

Le Seigneur nous appelle à la sainteté (1 Pier 1:16), à la pureté (Matt 5:28;  2 Cor 7:1;  1 Pier 1:22), à avoir un témoignage sans reproche (2Tim 2:15), à se conserver pur de toute souillure (1Thes 4:7;

Jacq 1:27.)                                                                                                                                                     Vivre dans l’adultère est contraire à ces choses et cela ne restera pas impuni (Hébreux 13:4.)

Maintenant pour un chrétien qui vit avec un conjoint incrédule, la Parole est claire sur ce point.

 

Mais je dis aux autres (moi et non le Seigneur): Si quelque frère a une femme incrédule, et qui consente à demeurer avec lui, qu’il ne la quitte point ;

Et si quelque femme a un mari incrédule, et qui consente à demeurer avec elle, qu’elle ne le quitte point.

Car le mari incrédule est sanctifié par la femme ; et la femme incrédule est sanctifiée par le mari ; autrement, vos enfants seraient impurs, au lieu qu’ils sont saints maintenant.

Que si l’incrédule se sépare, qu’il se sépare ; le frère et la sœur ne sont pas assujettis dans ce cas ;          mais Dieu nous a appelés à la paix. Car que sais-tu, femme, si tu ne sauveras point ton mari ?                           Ou que sais-tu, mari, si tu ne sauveras point ta femme ? (1Cor 7:12-16)                                                                        Bien que la séparation soit permise dans ce cas, le remariage n’est pas une option.                                                                                                        

 

Ce passage ne laisse pas forcément sous-entendre que le croyant peut se remarier avec un autre pendant que son premier conjoint païen est toujours en vie.

 

Nous sommes une nouvelle créature au moment où nous confessons nos péchés et que nous nous détournons de nos mauvaises voies. Si nous désirons rester dans nos péchés, nous ne sommes point une nouvelle créature, mais plutôt un rebelle qui va mourir dans ces péchés   (Luc 13:3,5; Rom 8:13.)

Si nous désirons que nos péchés soient oubliés à tout jamais (Ésaïe 43:25; Actes 3:19), nous devons les confesser et nous en détourner. Ainsi nous serons une nouvelle créature et toutes choses deviendront nouvelles.

 

Puisque l’Eternel Dieu est souverain,  et qu’Il est Celui qui a institué pour notre bonheur le mariage, Cherchons donc à faire sa volonté et ce en toute chose !

 

                                                      

 

                                                               Pasteur Homère Holand